Elle est classée au titre des monuments historiques dès 1843 par Prosper Mérimée.
L l e b ) est une commune française du département du Jura en région, bourgogne-Franche-Comté, située dans.Consulté le jsbc : un succès qui vaut de l'or, sur le site de Voix du Jura.«Couples - Familles - Ménages en 2013» (consulté le ) sur le site de l' Insee.Morphologie urbaine modifier modifier le code Limitée par le relief, la ville de Salins-les-Bains s'étend sur plus de 3 kilomètres, selon un axe nord-sud, entre les flancs de la vallée de la Furieuse.La fermeture définitive des faïenceries en 1995, puis de la fabrique de meubles Sanijura en 2005 46 marquent un coup d'arrêt dans l'économie de la ville.À l'inverse, les crues peuvent être très importantes et très rapides, compte tenu de la petite taille du bassin versant de la rivière et de son débit moyen, ainsi que de la nature marneuse des sols.De grandes actions ont été mises en place comme le projet de numérisation qui a permis la mise en ligne de documents du fonds permettant leur consultation depuis video poker yoh viral le site de la médiathèque ainsi que l'informatisation et le catalogage du fonds rendu possible grâce.Le fonctionnement administratif de la saline est renforcé avec la création de différents postes dofficiers spécialisés, avec à leur tête un pardessus.En effet, tous les maires élus depuis 1983 étaient divers droite, et les candidats de l' UMP ont réalisé de très bons scores aux élections législatives de 2002 et 2007, ainsi qu'aux élections cantonales de 2008.Le à Saint-Jean-de-Losne, par des jeux d'alliances et d'échanges avec le duc Hugues IV de Bourgogne, Jean de Chalon parvient à mettre la main sur la baronnie de Salins.Consulté le Motte 2003,. .
Le musée conserve également un fonds d'œuvres du peintre Léonce Cordier.
Même elle résiste aux ravages de l'armée d' Henri IV lorsque celui-ci tente de conquérir la Franche-Comté en 1595 41, la ville va connaître des heures difficiles tout au long du xviie siècle.
De nombreuses communautés religieuses s'installent dans la ville : les capucins en 1582, les jésuites en 1623, ou encore les carmes déchaussées en 1625.En 942, une charte émanant du prévôt de labbaye inféode la seigneurie de Bracon et ses dépendances au comte de Mâcon, Albéric.On cherche à faire de la ville une élégante station thermale : le premier casino est ouvert en 1890 pour répondre aux désirs de curistes aisés et Salins devient «Salins-les-Bains» en 1926.La situation se ternit à la fin du XVe siècle : la Franche-Comté est le théâtre de guerres qui opposent Charles le Téméraire aux Suisses et aux Autrichiens, puis Marie de Bourgogne aux troupes françaises de Louis.La cité devient une forteresse dotée de plus de 25 tours d'enceinte, signe de son importance stratégique.Le doyenné de Salins-les-Bains regroupe six paroisses.Au niveau de cet affleurement, deux calcaires d'époques différentes sont en contact : les calcaires blancs du Bathonien et les calcaires roux de l' Aalénien (qui expliquent le nom de «Roche pourrie.Fermé au public depuis 2003, ses collections 93 se répartissent en trois catégories principales : une collection dart religieux dont la majorité des œuvres provient des établissements religieux de la ville, une collection de faïences de Salins-les-Bains acquises en 1997 et une collection dartistes locaux dont.Emploi modifier modifier le code Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.Ces hauteurs sont composées de marnes à gypse du Keuper supérieur, de marnes du Lias et de calcaires du Bajocien.Une étude ayant pour objet le réaménagement du parc a été lancée en février 2016.En 2007, après dix saisons en N2 et malgré de bons résultats, le club demande sa rétrogradation financière 75, en partie à la suite de l'incendie du casino, son principal sponsor.Recherches historiques sur la ville de Salins, tome.Elle accède à la Nationale 4 la saison suivante, puis à la Nationale 3 en, qui devient à partir de 1999 la Nationale 2 (quatrième division).



Quai Valette (le long de la Furieuse ).